« Plus que le matériau et l’absence de décor, l’aspect répétitif des ouvertures, toutes de la même dimension, leur répartition régulière presque à l’infini sur d’immenses façades ont caricaturé pendant vingt ans le triomphe de la technique et le déclin de l’art, l’absence de souci esthétique. Elles ont engendré un décor urbain irréel, déstructurant pour la personnalité […] »
Simonetti Jean-Olivier. Réflexions sur l'industrialisation de la construction et la production du bâti, 1977.

Using Format