Sur le littoral, en basse saison, les stations balnéaires se vident et deviennent pendant une partie de l'année de vastes espaces désertiques. Les vacanciers s'en vont, les châteaux de sable s’effondrent. 

La fermeture des boutiques annonce la trêve hivernale, les pavés des ruelles cessent d'être piétinés, le chahut des enfants laisse place au battement des vagues sur la grève. Le temps ralentit, les jours s'adoucissent, la moiteur s'installe progressivement. Les maisons ferment leurs paupières et s'endorment profondément. 

Les fenêtres obstruées nous privent de l'intérieur, reléguant ainsi la maison à son unique extérieur ; une forme géométrique faite de matières, de couleurs, d'éraflures... Une fois refermée sur elle-même, l'habitation prend des allures sculpturales. 


Je scrute ces maisons endormies, les écoute, chacune semble avoir une histoire à raconter.



Le bel article de David Liaudet sur ce projet : http://archipostalecarte.blogspot.com/2020/01/les-maisons-endormies-de-monsieur-voidy.html 




Ma première expérience se déroula sur la presqu’île de Quiberon pendant l’hiver 2018. Cette dernière réunit 5000 habitants l’hiver et voit sa population multipliée par dix l’été. De par son statut de presqu’île, elle n’est pas un lieu de passage, il y a peu de circulation sur les routes en basse saison. Elle semble hors du temps, mise sur pause jusqu’à l’année d’après. 

J’ai pu ensuite m’intéresser à trois villes situées sur la côte d’Émeraude ; Dinard, Saint-Lunaire et Saint-Briac-sur-Mer. Avec des taux de résidences secondaires variant de 46 à 61 % en 2015 selon l’INSEE, ces stations balnéaires sont les plus touchés du département de l’Ille-et-Vilaine par la baisse de population en basse saison. 

Je reviens il y a peu du golf du Morbihan ou j’ai pu photographier les maisons de Carnac, la Trinité-sur-Mer, Saint-Philibert et Locmariaquer.




Je souhaite également en réalisant ce projet mettre en avant les problèmes de spéculation immobilière liés au développement des résidences secondaires. Cette dernière provoque une perte de vie et d’activités en basse saison. 

La jeunesse qui souhaite s’installer, se dirige vers des villes plus dynamiques tout au long de l’année et plus abordables financièrement.

Using Format